Aller au contenu principal

Felix Thiollier, la mine, le monde

 
 

Felix Thiollier, la mine, le monde
Photographier le pays noir à la fin du 19e siècle

Consultez
l’agenda des évènements

AccueilLes ÉvènementsFelix Thiollier, la mine, le monde

Exposition temporaire

Felix Thiollier, la mine, le monde

du 01 juin 2016 au 19 février 2017

A la suite de l'exposition consacrée par le Musée d'Orsay en 2012-2013 à l'ensemble de l'œuvre de Félix Thiollier, le Parc-musée de la Mine propose la découverte du travail consacré à la mine de ce grand photographe stéphanois de la fin du 19e siècle. Il s'agit de la première exposition temporaire du Nouveau Couriot, inauguré en décembre 2014.

Puits sous la neige ou au crépuscule, paysages dominés par les fumées, crassiers noirs et fumants formant comme des volcans sur lesquels les hommes ne sont que fragiles silhouettes, carrières à remblais qui éventrent les sols comme la mine le fait en sous-sol... C'est à un véritable portrait photographié des paysages et des hommes du "pays noir" (qu'est alors par excellence Saint-Étienne) que s'attache Félix Thiollier (1842-1914), aux alentours de 1900, au travers de plus de 700 prises de vues.

Originaire des milieux de la bourgeoisie rubanière, catholique libéral de pensée, ami de nombreux peintres et grande figure des milieux artistiques et culturels de cette ville industrielle, capitale de la révolution industrielle en marche, Félix Thiollier n'appartient pas à ce nouveau  monde que symbolise la mine. Ce n'est qu'à la fin du siècle, au moment même où la "question sociale" se pose, qu'il s'y intéresse longuement, après avoir photographié le monde ancien du Forez, en lien avec le grand peintre d'histoire qu'est Jean-Paul Laurens, qui réalisera en 1904 Les mineurs, pour la toute nouvelle préfecture de Saint-Étienne..

Nourri d'humanisme, loin de tout misérabilisme, sans chercher à faire œuvre documentaire au sens premier du terme, le regard qu'il pose présente un caractère singulier, et sans réel équivalent à son époque. Félix Thiollier travaille à la manière d'un peintre, construisant au gré de ses promenades des portraits-paysages longuement réfléchis, toujours d'une très grande force.

L'exposition permet de saisir la manière dont il travaillait, et de comprendre autant qu'il est possible sa perception de ce nouveau monde. Multiplication des cheminées et des installations, "volcans" en train d'être édifiés par la mine, retournement en cours des sols et des hommes, la grande industrie en attirant au loin les hommes transforme les paysages et le monde dans lequel il a grandi, et le révolutionne même devant ses yeux. Après le Forez immobile, c'est bien la transformation qui intéresse Félix Thiollier. Et ce qu'il traite au fond est bien la place que les hommes y occupent.

Un sujet qui est aussi pleinement aujourd'hui au cœur de nos préoccupations, et qui fait la modernité de son travail, au-delà sa grande qualité artistique.

Informations pratiques

Le musée est ouvert tous les jours sauf le lundi matin et les 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 15 août, 1er novembre et 25 décembre.

Accueil et réservation au 04 77 43 83 23

Prochains événements

Une exposition évenement !

Le catalogue de l'exposition Félix Thiollier, la mine, le monde est en cours de préparation.

Sortie prévue en 2016